samedi 7 février 2009

Mon engagement

La dernière note de Quitterie m'incite à réfléchir sur mon propre engagement.


Le constat

Depuis trop d'années la classe politique dans son ensemble, locale, nationale, internationale, est incapable d'enrayer ce qui ressemble à une dérive qui s'annonce de plus en plus catastrophique socialement, écologiquement, humainement. Les hommes doivent se prendre en main individu par individu, société par société, et finalement en tant qu'espèce responsable, par notre puissance destructrice inégalée, du vaisseau Terre.
Une telle prise en main ne peut se faire que dans le respect et la compréhension de l'autre. Ceci restera impossible tant que nous serons mus par cette pensée qui divise, qui réduit, qui oppose et compartimente. Il nous faut, c'est une urgence, apprendre à relier les éléments sur cette simple réalité qui nous échappe trop souvent: il n'y a pas d'antagonisme absolu. Un antagonisme porte forcément une complémentarité, une interaction, une interstimulation. Il nous faut réformer la Pensée pour aller vers la Pensée Complexe, pour réformer nos actions.
Nos actions, à toutes les échelles, passent par la politique. La politique d'aujourd'hui, en France comme ailleurs, va dans le sens tout à fait inverse, vers un manichéisme toujours plus prononcé qui ne sera jamais apte à générer les réponses aux enjeux complexes auxquels nous ne pouvons tourner le dos. Il faut réformer la politique.




Pourquoi le MoDem?

Dans un paysage politique qui se bipolarise chaque jour un peu plus, la première étape est de favoriser le pluralisme, et de le favoriser encore plus en faisant émerger des mouvements politiques qui eux-mêmes défendent le pluralisme.
En France il n'y a qu'un seul mouvement politique qui porte le pluralisme dans ses fondamentauxm c'est le Mouvement Démocrate. Au-delà de toutes les idées, c'est d'abord l'émergence de cette troisième voie qui en appelle d'autres qui m'a incité à soutenir le MoDem en y adhérent dès sa création. Les ambitions originelles pour une société plus humaine, plus juste, plus raisonnable n'ont fait que renforcer ma décision.


Deux ans plus tard

Le MoDem a survécu à ses premières échéances électorales. Toutes les attentes n'ont pas été satisfaites, certes, des questions internes sont encore à solutionner, d'accord, mais aucune promesse portée en 2007 n'a encore été définitivement reniée. Il y a surtout, désormais, une troisième voie démocrate et indépendante qui compte sur la scène politique et médiatique.
À l'externe, les décisions du MoDem me conviennent largement et semblent évoluer positivement vers un renouvellement et une participation accrue de la société civile. Tout récemment, les têtes de listes aux Européennes forment une équipe nettement plus séduisante que n'importe quelle autre formation politique. Je précise que si j'attends un renouvellement des personnes et des idées, je ne suis pas forcément "jeuniste". La jeunesse, comme la diversité, peut être un atout mais pas un pré-requis.
À l'interne, nous sommes encore loin d'un fonctionnement véritablement démocratique et la transparence laisse à désirer. Les nombreuses déceptions qui s'expriment sur la blogosphère me semblent légitimes. Beaucoup, cependant, ont le désespoir un peu facile et l'impatience trop prononcée. Exprimons notre déception et surtout nos pistes pour améliorer les choses. Je ne m'inquiéterais sérieusement sur ce plan interne que s'il n'y a aucune amélioration lors des investitures pour les prochaines élections régionales.


L'avenir

La politique française est rythmée par le quinquennat présidentiel. Le MoDem est né en 2007 et n'a donc pas encore vécu la moitié d'un cycle. Il est à mon sens trop tôt pour dresser son bilan et juger objectivement de son potentiel et de sa fidélité à ses valeurs fondamentales. L'élection européenne de juin 2009 sera un révélateur important, mais pour ma part je ne tirerai mes premières conclusions sur le sens de mon engagement qu'en 2012.


Je peux affirmer dès aujourd'hui que ma priorité absolue reste de promouvoir la réforme de la Pensée en général et de la politique en particulier. Si en 2012 le MoDem n'était plus le mouvement politique le plus à même de favoriser cela, je n'aurais aucun état d'âme à le quitter pour m'engager ailleurs, autrement, avec en tête cette idée fixe: Enseigner la compréhension entre les humains est la condition et le garant de la solidarité intellectuelle et morale de l'humanité (Edgar Morin).



Aurélien

3 commentaires:

passage a dit…

"Enseigner la compréhension entre les humains est la condition et le garant de la solidarité intellectuelle et morale de l'humanité (Edgar Morin)."

Tout à fait !


Bonjour Aurélien

Je serais heureuse de partager avec toi ce que tu entends par "Libéralisme"
Tu es tagué !
Le premier sur ma liste

A bientôt

Françoise Blanche

Aurélien a dit…

C'est noté... je m'y mets :)

Voyance gratuite serieuse a dit…

Je trouve votre site hyper génial, je vous souhaite pleins de succès car vous le méritez, bonne continuation et encore bravo pour ce superbe site !

Enregistrer un commentaire

Fil infos