mardi 17 février 2009

Complices ou victimes?


“À un moment, est-ce que ce besoin de communiquer tout n'importe où
ne doit pas se traduire en faire quelque chose quelque part?”
Jonathan Salem Baskin sur la nécessité pour le marketing social de penser plus souvent en bout de ligne | AdAge



C'est dans l'agenda présidentiel depuis deux semaines:

_____
18 février

15h00
Réunion de M. le Président de la République avec les partenaires sociaux au Palais de l'Élysée.
_____


De quoi vont bien pouvoir se parler le Président de la République, le Premier Ministre et six membres de son gouvernement, quelques conseillers de l'Élysée, les représentants des organisations patronales et syndicales?

À priori, suite à la volée d'annonces faites par Nicolas Sarkozy le 5 février dernier en prime time, il sera question de débattre sur les propositions d'ordre social des différents intervenants pour tenter de dégager quelques mesures immédiates afin de soulager le quotidien des français les plus vulnérables en ces temps de crise.

"À priori"... car tout est déjà ficelé.

En effet On apprend aujourd'hui qu'une intervention télévisée, probablement enregistrée, sera diffusée à 20h mercredi soir pour que Nicolas Sarkozy nous explique les mesures de justice sensées calmer la grogne sociale... et discutées seulement quelques heures, sinon minutes, auparavant.

J'ai énormément de mal à croire qu'une allocution d'une quinzaine de minutes (minimum) puisse être préparée, répétée, enregistrée et montée, sur un sujet aussi sérieux avec autant d'intervenants et d'interrogations, en aussi peu de temps. Il semble donc établi que les décisions sont déjà prises, toutes les "discussions" ont déjà eu lieu.

Pour l'Élysée, la réunion de mercredi n'est finalement qu'un point de passage médiatique obligé. Il ne reste qu'à attendre pour voir si Nicolas Sarkozy tirera à lui la couverture d'un succès collectif ou s'il rejettera la faute d'un échec sur les syndicats, au risque de faire monter encore colère et défiance à son égard.

On saura aussi, ce mercredi, s'il en est de même pour les partenaires sociaux. Auront-ils eu le sentiment d'avoir été écoutés et d'avoir vu leurs propositions retenues, au moins partiellement, ou au contraire d'avoir été baladés de ministre en conseiller? On saura alors s'ils auront été complices d'une mise en scène médiatique ou simplement victimes de l'obstination du Président.

Surtout, après cet énième coup médiatique, des millions de citoyens, ceux qui ne sont complices d'aucun acte ayant amené cette crise mais victimes de tous les bons mots visant à la maquiller, sauront si des actes concrets répondent enfin à leurs urgences quotidiennes.


Aurélien

1 commentaires:

Rosiana Monbon a dit…

C'est avec plaisir que je regarde votre site ; il est formidable. Vraiment très agréable à lire vos jolis partages .Continuez ainsi et encore merci.

voyance par mail ; voyance gratuite en ligne

Enregistrer un commentaire

Fil infos