mercredi 2 juillet 2008

Deux dérives inacceptables...

_

... mais tolérées. Plus que tolérées même, ignorées, comme on ignore une habitude.

Que fait le Conseil Constitutionnel?

Que fait l'opposition?

Que fait la presse?

Que font les citoyens?



1 - Séparation des pouvoirs:

Selon cet article du Monde sur les difficultés rencontrées par la majorité pour accorder ses groupes parlementaires des deux assemblées, François Fillon a été mis devant ses responsabilités par Nicolas Sarkozy. Si la réforme ne passe pas, il sera retiré de Matignon.

Si je ne m'offusque pas de voir le Présidant agir ainsi avec son Premier Ministre, je m'interroge en revanche beaucoup plus sur un passage particulier de l'article:
L'entourage du premier ministre, qui pendant la discussion en première lecture, avait été pour le moins discret, est donc monté en première ligne. Tout au long du week-end, le directeur du cabinet, Jean-Paul Faugère, a multiplié les contacts.C'est encore lui qui coordonne les discussions à Matignon, regroupant les ministres concernés, Rachida Dati et Roger Karoutchi, les présidents des deux assemblées, Bernard Accoyer et Christian Poncelet, les deux présidents des groupes UMP, Jean-François Copé et Henri de Raincourt, et les deux rapporteurs, Jean-Luc Warsmann et Jean-Jacques Hyest. La directrice du cabinet de l'Elysée, Emmanuelle Mignon, est également présente.
Peut-on encore parler, quand des membres du gouvernement s'entendent par avance avec des parlementaires sur un vote, de séparation des pouvoirs exécutifs et législatifs?

Quel était le but de cette réunion: trouver le meilleur compromis dans l'intérêt général? Ne pas faire perdre la face au Président? Vue la quantité de sarkozistes, piéger François Fillon?


2 - Conflit d'intérêts:

Lors de la dernière émission d'On est pas couché, présentée par Laurent Ruquier, les chroniqueurs politiques Éric Zemmour et Éric Naulleau interrogent Jean-François Copé sur la suppression de la publicité sur France Télévision, précisant qu'au passage TF1 recevrait une manne financière estimée entre 200 et 300 millions d'euros.

C'est une chose de rappeler ce simple fait, c'en est une autre, dans un cas pareil, de passer sous silence la proximité entre Martin Bouygues, patron de TF1, et Nicolas Sarkozy. Le conflit d'intérêts est ici aussi énorme que flagrant, de l'ordre de l'impossible dans bon nombre d'autres démocraties occidentales. Au Québec, par exemple, en tant qu'ingénieur membre de l'Ordre des Ingénieurs de cette province, me laisser prendre, même sans aucune intention malhonnête, dans une telle situation de conflit d'intérêts me conduirait à coup sûr à une radiation et une interdiction de pratiquer le métier d'ingénieur pour plusieurs années, sinon à vie. Et je ne suis qu'un simple ingénieur...

La France - ça ne date pas du 6 mai 2007 - continue de fermer les yeux sur de telles situations, quand bien même elles surviennent au sommet de l'État. Pourquoi?


Aurélien

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Salut,

Encore la même fixation envers le Président et ses relations ?

Mais, par exemple De Coralis et ses relations avec l'ex présdient ? vous en faites quoi ?

C'est presque touchant de lire une telle note aussi "utopique"...

A plus, et surtout ne faites pas de conflits d'intérêts dans vos fonctions.

Cordialement.

JD
gueulante.fr

Aurélien a dit…

@JD:

"Encore la même fixation envers le Président et ses relations ?"

Et je n'ai pas l'intention de décrocher tant qu'elles seront aussi troublantes pour notre démocratie.

"Mais, par exemple De Coralis et ses relations avec l'ex présdient ? vous en faites quoi ?"

De quel ex-président parlez-vous? Si elles sont du même type que Bouygues-Sarkozy, alors elles sont tout aussi condamnables. Ce que je sais, en revanche, c'est les relations entre De Carolis et Copé...

"C'est presque touchant de lire une telle note aussi "utopique"..."

Si le respect des institutions et la déontologie sont pour vous des utopies, quel projet de société souhaitez-vous s'accomplir?

De plus je ne vois pas en quoi c'est utopiste alors que je cite un exemple concret et vécu.

Anonyme a dit…

Salut,

Rigolote la réposne.

Utopie faisiait référence à votre commentaire envers le mot "naîf" dans un autre sujet...

De Carolis est ses relations ? Un certain JC, cela vous parle ? Une certaine Bernadette aussi ?

C'est drôle, je vous croyez bien meiux informer. Où, c'est peut être un oubli, passagé non ?

A plus, continuez.

JD
gueulante.fr

Aurélien a dit…

"De Carolis est ses relations? Un certain JC, cela vous parle? Une certaine Bernadette aussi?"

Mais c'est exactement la même filière que ses relations avec Copé. Et oui, je trouve ce conflit d'intérêts tout aussi regrettable.

Et j'ai déjà parlé des conflits d'intérêts de De Carolis sur d'autres blogs, chez C. Ginisty entre autres, et aussi lorsqu'une rumeur sur son éventuelle présence sur une liste du MoDem aux dernières élections municipales circulait du côté de la Cannebière.

Enregistrer un commentaire

Fil infos