lundi 21 juillet 2008

Ça passe...


... et ça casse. Ce n'est plus la rupture mais la décomposition.

À une voix près, le Parlement a réuni la majorité requise des 3/5e pour décider de tirer une balle dans le pied de notre Démocratie, déjà boiteuse, en se sabordant encore un peu plus.

Vivent les parlementaires qui deviennent ministres puis retrouvent automatiquement leurs sièges parlementaires.

Vivent les gouvernements de pantins et de fusibles.



Vive la limitation du droit d'amendement.

Vive l'intervention du Président de la République devant les élus sans droit de réponse.

Vive le scrutin majoritaire, surtout que la représentation nationale reste toujours aussi injuste.

Vive le Sénat qui ne connaîtra jamais l'alternance.

Vive le référendum impossible.

Vivent la dépendance des médias vis à vis du pouvoir et la désinformation.

Vivent Jack Lang, Alain Lambert et Bernard Debré qui ont préféré sacrifier l'intérêt général au nom de leur égo, de leur affection pour Nicolas Sarkozy ou de la carrière de leur héros.


Les mots justes sont venus, une fois n'est pas coutume, d'Arnaud Montebourg: "Cette réforme est à mes yeux une scandaleuse et triste occasion manquée pour notre pays."


Aurélien

1 commentaires:

gueulante a dit…

Salut,

Triste Pays, c'est vrai.

Le tamtam envers Sieur LANG est à vomir. D'autant, que l'on vient d'apprendre que le PS ne le vire pas !

Vous avez dit courage Politique ? Mais il est où en France.

Et les quatres autres PS qui écrivent dans le monde. ILs votent contre mais écrivent le contraire dès le lendemain !

C'est tellement trop fort, que cela dégo^te vraiment de suivre la Politique.

Attendons...

A plus

JD

Enregistrer un commentaire

Fil infos