mercredi 18 mars 2009

Nous partîmes cinquante...

_

Nous partîmes cinquante et par angoisse dévote,
Nous nous vîmes un seul en arrivant au vote.


Ils étaient entre quarante et cinquante députés UMP à s'opposer à la réintégration complète de la France dans les structures militaires de l'OTAN. Ils avaient le renfort de gaullistes poids lourd comme Alain Juppé ou Dominique De Villepin. Au moment du vote, il restait neuf abstentionnistes et un vote contre. Pourquoi?


La raison invoquée est l'inclusion de cette réintégration dans l'ensemble du projet de politique étrangère de la France qui était soumis au vote engageant la responsabilité du gouvernement. On jugea inconcevable de sanctionner le gouvernement et sa politique étrangère sur cette seule question de l'OTAN. On avoua même que sur un vote sans engagement de la responsabilité du gouvernement, on aurait pu voter selon ses convictions. Autrement dit, pour ceux-là mêmes à l'UMP qui défendaient l'idée d'une France éternelle et indépendante, libre de parole et d'action sur la scène internationale, il y a autre chose qui passe avant tout: la survie d'un gouvernement qu'ils n'apprécient guère, qu'ils voient constamment court-circuité depuis l'Élysée, qui méprise les parlementaires et qui a des chances de disparaître dans l'année en cours. Absurde.

La vraie raison est donc ailleurs, dans les petits conforts personnels de leurs circonscriptions respectives, par exemple. La plupart de ces députés semble aussi vouloir laisser passer l'ouragan Sarkozy en espérant ramasser et recoller les morceaux, en 2012 ou 2017, d'une droite défigurée. À l'image de François Baroin, protégé de Jacques Chirac, qui annonce à la tribune ses regrets tout en renouvelant sa confiance à l'improbable association entre François Fillon et Bernard Kouchner qui, les images parlent d'elles-mêmes, n'ont strictement rien à faire de ses états-d'âmes. Vous êtes avec ou contre nous... Préférer rester bien au chaud sous l'aile d'un pouvoir qui vous méprise et que vous méprisez tout autant, notamment sur une question aussi essentielle pour l'identité de son pays et du peuple que l'on représente, est un manquement à son devoir d'élu.

Mais il y a pire. Le comble de l'absurdité, voire de la lâcheté évidemment non assumée, parmi ces cinquante députés est illustrée par l'abstention des ronchons chroniques de l'UMP que sont François Goulard ou Jean-Pierre Grand. Ceux-ci, se réclamant de De Gaulle le résistant, s'opposent non seulement à la réintégration mais aussi, et surtout, à la méthode employée par le gouvernement pour museler le débat. Et bien qu'à cela ne tienne, vous allez voir ce que vous allez voir: puisqu'on ne veut pas nous entendre, et bien nous dirons haut et fort... rien du tout! Ni à la tribune, ni lors du vote. Sûr que Fillon a du trembler... Le Président de la République, lui qui ne jure que par les rapports de force, doit les estimer encore moins que la veille. Ils ont eu peur. Peur d'improbables représailles parce que dans le contexte actuel et avec les échéances électorales qui approchent Nicolas Sarkozy aura besoin de toutes ses troupes. Ils se sont donc mollement écrasés pour rien, rompant avec leurs idéaux comme avec leurs responsabilités.

Et puis soudain... l'accident. On ne sera sans doute jamais ce qui s'est vraiment passé... toujours est-il que Franck Marlin, député UMP de l'Essone, a refusé sa confiance au gouvernement. Suicide politique? Éternuement malvenu? Coup de coude ou mauvaise blague du voisin? Une confusion entre sa gauche et sa droite? Selon ce qu'il rapporte de son actualité parlementaire, Franck Marlin semble ne pas hésiter à voter contre sa propre majorité. De là à croire que l'on tient un député UMP capable de voter en conscience, il n'y a qu'un pas... que je vais franchir, histoire de ne pas perdre tout espoir en un parlement digne de ce nom.

Qu'en reste-t-il de cet espoir démocratique? Le débat n'a pas eu lieu. Le vote était cadenassé. Le Sénat n'a même pas été consulté. De la dernière réforme constitutionnelle le parlement devait sortir renforcé. Dans l'exercice d'une de ses fonctions les plus importantes, à savoir le renouvellement de sa confiance au gouvernement, il vient d'être une nouvelle fois humilié, et avec lui les citoyens... nous. Et si demain, jour de contestation sociale, c'était aussi cette exaspération qu'il fallait exprimer?


Aurélien

6 commentaires:

Orange Sanguine a dit…

tout à fait d'accord avec cette analyse. Triste réalité de la politique française où défendre son fauteuil est bien plus important que défendre ses convictions.

Claudio Pirrone a dit…

Rien à ajouter

spaulding a dit…

Je crains que cette triste réalité ne soit que le reflet du manque d'intérêt des français pour leur défense nationale.
Les leçons de l'histoire semblent vite oubliées.

voyance a dit…

Merci de nous apporter de la détente, votre site est merveilleux, je suis tous les jours dessus et j’en vois pas la fin tellement il y a des nouveautés.
Merci pour nous donner autant de bonheur !
voyance gratuite par mail

voyance en ligne gratuite a dit…

Je suis vraiment fier de vous découvrir, votre blog est vraiment super ! J’aime bien son interface, et j’ai trop adoré le contenu aussi. Surtout continuez ainsi !

voyance par mail gratuite a dit…

Merci pour ce très bon site, vraiment un panaché de bonnes et intéressantes idées. Surtout continuez ainsi. Bon courage

Enregistrer un commentaire

Fil infos