jeudi 12 mars 2009

Les Jeudis d'Edgar - 20 - Les démocrates et la Fraternité

Chaque jeudi (ou presque...) je viens vous présenter un échantillon de l'œuvre et de la pensée d'Edgar Morin. Je souhaite ainsi, en rapprochant à ma modeste mesure ses idées de la politique en général et du MoDem en particulier, nourrir les débats qui prendront place pour définir, et éventuellement mettre en application, ce nouveau modèle de société que des millions de français ont appelé de leurs vœux en mai 2007.

Lors de l'excellente émission de Ce soir ou jamais de mardi soir, où François Bayrou était invité par Frédéric Taddéi à débattre avec trois intellectuels - le philosophe Régis Debray, l'historien Jean-François Sirinelli et le professeur de sciences politiques Olivier Duhamel - un échange profond sur la Fraternité entre le Président du MoDem et Régis Debray a particulièrement retenu mon attention. Je vous invite à visionner cette émission. En mêlant culture, histoire, philosophie et politique à un tel niveau qualitatif, elle représente un événement trop rare dans nos médias et vaut le détour que l'on aime Bayrou ou non, que l'on s'intéresse à la politique ou non.

Pour ce vingtième Jeudi d'Edgar, voici comment Edgar Morin définit le concept de fraternité:


J'aime bien l'idée, discutable et peut-être naïve mais avant tout belle, avancée par François Bayrou, des trois composantes de la devise nationale Liberté, Égalité, Fraternité qui auraient chacune leur propre mouvement politique. En schématisant, la droite défendrait la Liberté, la gauche l'Égalité, resterait à créer un mouvement pour défendre la Fraternité. Si l'on considère ensemble le projet humaniste, à justice croissante, que veut porter le Mouvement Démocrate et la définition de la Fraternité proposée par François Bayrou, c'est à dire un lien de solidarité qui devrait unir tous les membres de la famille humaine, il apparaît cohérent que le MoDem soit ce mouvement pour la Fraternité.

Je remarque aussi que les trois composantes Liberté, Égalité, Fraternité peuvent être aussi bien antagonistes que complémentaires. En ce sens elles forment une boucle dialogique essentielle que l'on peut certainement superposer à celle reliant individu, société et espèce. Si l'on y superpose encore la dimension politique droite-MoDem-gauche alors on obtient une preuve éclatante de la nécessité du pluralisme, et je dirais même du pluralisme complexe où chaque mouvement politique ne doit pas voir ses adversaires uniquement comme des opposants mais aussi comme des compléments. Pluralisme et ouverture, deux thèmes chers aux démocrates.

On pourrait aussi pousser jusqu'à invoquer le principe hologrammatique, stipulant que la partie est dans le tout comme le tout est dans la partie. Par exemple, il y a de l'humain chez l'homme comme chez la femme, il y a de la féminité dans le masculin et de la masculinité dans le féminin. Cela signifie que chaque composante de la devise Liberté, Égalité, Fraternité porte son propre idéal comme elle porte celui des deux autres mais aussi l'idéal généré par l'association des trois. Ramené à la sphère politique cela signifie qu'un modèle politique adapté à la complexité devrait faire en sorte que chaque mouvement porte et assume sa part d'identité commune avec les autres.

Or, lorsque l'on observe les différents horizons politiques d'où sont venu les adhérents du Mouvement Démocrate et l'inscription dans ses textes fondamentaux du respect de cette diversité, le MoDem apparaît comme l'organisation politique la mieux armée pour saisir la complexité de l'homme, de la société et du monde.


Pour lire ou relire tous les épisodes des Jeudis d'Edgar, c'est par ici.


Aurélien

5 commentaires:

Nelly a dit…

Merci pour tous ces beaux billets!!!

Un présent pour l'occasion : je viens de te taguer...

jef safi a dit…

hello Aurélien,
dans la même mouvance noosphérique, il est deux autres re-penseurs de la fraternité dont les points de vue diffèrent moins qu'il peut paraître de ceux d'Edgar Morin, mais convergent au contraire vers un même rhizome d'idéaux ... qu'on pourrait dire "désespérément joyeux", ou "joyeusement désespéré".
Je veux parler de Régis Debray que tu mentionnes plus haut à juste titre et dont les derniers commentaires relatifs à son dernier ouvrage sont au centre de ton sujet:
http://www.premiumwanadoo.com/jef.safi/spip/spip.php?article99
Je veux parler aussi de Bernard Stiegler, dont il faut prendre le temps de dé-re-construire la pensée, et qui fait de la fraternité une nouvelle .. sublimation :
http://www.premiumwanadoo.com/jef.safi/spip/spip.php?article96
(l'occasion peut-être d'ajouter "ars industrialis" à la liste de tes sources et ressources.)
Cordialement !
jef safi
ps: très honoré de trouver ici tant d'images de mes .. tentatives de reliance 'pictosophique.

Aurélien a dit…

Merci Jef pour ton commentaire, ces deux liens, et ta reliance pictosophique, le terme est parfait. :)

Marie Liesse a dit…

Très bon website. Je viens de trouver votre blog et je voulais dire que j'ai sincèrement adoré la lecture de vos textes.
voyance mail gratuite

voyance gratuite par mail a dit…

Eh bien, riche créativité et surtout une belle source d'infos pour ceux qui travaillent avec des enfants, merci à vous et continuez de nous enrichir, belle journée à vous!

Enregistrer un commentaire

Fil infos