jeudi 10 avril 2008

Hold-up

Voici un article du Monde qui vient appuyer la note précédente.

Extrait choisi:

M. Paillé évoque enfin ce qui constitue un enjeu essentiel pour l'avenir politique du MoDem, et donc de son président : le partage des subventions publiques aux différentes formations politiques. "Il est clair qu'à quelques semaines du versement aux partis politiques de la dotation publique de l'Etat, les sénateurs centristes et de nombreux élus locaux ne veulent plus en faire bénéficier François Bayrou et Marielle de Sarnez", assure M. Paillé.



Autrement dit l'Élysée veut priver le Modem de moyens financiers qu'il a obtenu démocratiquement par le vote des citoyens français, et l'on sait avec quels obstacles sur son chemin. Ce n'est ni F. Bayrou ni M. De Sarnez que l'on vole, ce sont tous les citoyens qui ont apporté leurs voix au Modem.

Aucun démocrate digne de ce nom, du Modem ou d'ailleurs, ne peut accepter cela. Encore moins quand l'ordre vient directement du Président de la République, fonction qui oblige à l'impartialité.



Aurélien

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fil infos