mercredi 28 janvier 2009

Les pépettes de Papeete

_
Les montants de l'aide publique aux partis et groupements politiques viennent d'être publiés au Journal Officiel. Cette aide est divisée en deux fractions. La première en fonction des résultats aux élections législatives, la seconde en fonction du nombre de parlementaires. Ne peuvent bénéficier de la seconde fraction que les partis ou groupements politiques qualifiés pour la première.

Comme on pouvait s'y attendre, l'UMP et le PS se partagent la plus large part d'un gâteau avoisinant les 75 millions d'euros, empochant à eux deux les deux tiers de cette manne financière. Le MoDem, troisième force politique de France aux trois dernières élections, bénéficiera pour 2009 d'une aide publique approchant les 3,8 millions d'euros.




Mais depuis 2007 le parti politique qu'il est important de surveiller quant à son financement public, c'est le Nouveau Centre. En ne réussissant pas, malgré la démultiplication des membres du clan Morin, à rassembler plus de 1% des voix dans au moins 50 circonscriptions aux élections législatives de 2007, le Nouveau Centre ne pouvait prétendre à la première fraction de cette aide, et par conséquent devait oublier la seconde. Cependant 21 députés NC étaient tout de même élus (sans opposition UMP...), ce qui avait poussé ce parti à vouloir changer les règles du jeu après la partie, avec l'aval de la majorité UMP, en proposant un seuil arbitraire de 15 élus pour pouvoir prétendre au financement public. Il avait alors fallu un François Bayrou de compétition sur les bancs comme dans les couloirs de l'Assemblée, ainsi qu'un Parti Socialiste présent pour éviter un véritable hold-up.


Sauf que le Nouveau Centre, par Jean-Christophe Lagarde, avait prévu l'échec de cette tentative. Profitant d'une condition propre aux partis politiques des territoires d'outremer, obtenir au moins 1% dans au moins une de leurs circonscriptions, le NC concluait, en août 2007 à Papeete, une "convention de financement" avec le parti autonomiste polynésien Fetia Api (Nouvelle Étoile). Cet accord conclus APRÈS les élections législatives est simple, même si le NC en a effacé toute trace: les membres du NC se déclarent officiellement rattachés à Fetia Api qui lui reverse le financement en échange d'un simple poste de secrétaire général au NC. Ainsi Fetia Api, qui bénéficie grâce aux voix obtenus par ses deux candidates polynésiennes de la première fraction de l'aide à hauteur d'à peine 857 euros, à droit à la seconde fraction pour un montant de... 1,4 millions d'euros. C'est cette somme qui sera reversée au Nouveau Centre... moins une "généreuse" commission de 20 000 euros pour Fetia Api.


C'est aussi tordu que légal... Voilà comment un parti qui ne représente rien, malgré un squat de 32 sièges parlementaires, et perd dans les règles peut, sans honte ni crainte de la loi, détourner l'argent du contribuable au détriment des autres partis qui, eux, ont respecté les règles de la République. Un scandaleux abus qui perdure et que tout citoyen doit garder à l'esprit pour les prochaines échéances électorales.


Aurélien

Merci à Leroy-Morin pour l'image.

2 commentaires:

GuillaumeD a dit…

bravo!

voyance gratuite par mail a dit…

Coucou, article super intéressant alors un grand merci à toi.

Enregistrer un commentaire

Fil infos